Sélectionner une page

Changement climatique : en 2070 la planète serait inhabitable pour 3 milliards de Terriens

Changement climatique : en 2070 la planète serait inhabitable pour 3 milliards de Terriens
Réagissez à cette nouvelle

Selon une étude parue récemment, plus de trois milliards de Terriens pourraient vivre dans des zones quasi-inhabitables pour l’Homme en raison des températures prévues à l’horizon 2070.

2070 : une planète inhabitable pour 3 milliards de Terriens

Les chiffres sont inquiétants. Si rien n’est fait pour lutter contre le réchauffement climatique et inverser la tendance, des dizaines de millions de personnes pourraient vivre dans les décennies à venir dans des conditions invivables pour l’Homme. Selon une nouvelle étude, plus de trois milliards de personnes vivront dans des endroits avec des températures  “presque inhabitables” d’ici 2070.

Une planète devenant inhabitable pour 3 milliards de Terriens

L’étude indique en réalité que si rien n’est fait pour lutter contre le réchauffement climatique, des centaines de milliers de personnes seront amenées à connaître des températures moyennes supérieures à 29°C. Cette température est considérée comme en dehors de la “niche” dans laquelle les humains ont prospéré au cours des 6 000 dernières années. Un rapport de l’ONU a récemment révélé que même avec des pays respectant l’accord de Paris sur le climat, la température globale moyenne au niveau mondial devrait augmenter de 3 degrés.

L’étude révèle que les populations humaines sont aujourd’hui concentrées dans des bandes climatiques assez étroites où la température moyenne est comprise entre 11 et 15 degrés. Une part moins importante de la population mondiale vit dans des zones avec une température moyenne comprise entre 20 et 25 degrés. Si le scénario de réchauffement à +3 degrés se vérifie, de plus en plus de Terriens vont vivre dans des températures considérées comme en dehors de la “niche” climatique.

Les zones les plus touchées sont aussi les plus pauvres

Les zones les plus touchées par ces températures invivables pour l’Homme sont des zones à ce jour très densément peuplées : l’Inde, l’Afrique, l’Amérique du Sud, le nord de l’Australie et certaines parties du Moyen-Orient. Ces zones très densément peuplées sont également parfois des zones très pauvres. L’étude met ainsi en exergue une difficile adaptation de ces populations qui ne seront pas en mesure de se protéger contre ces fortes chaleurs. Tim Lenton, spécialiste du climat et directeur du Global Systems Institute de l’Université d’Exter, souligne l’importance de maîtriser au maximum le réchauffement global de la planète : “cela représente environ un milliard de personnes pour chaque degré de réchauffement”.

Limiter le réchauffement de la planète limiterait donc de façon considérable les migrations environnementales et climatiques dans les décennies à venir.

 

Noël Ndong

 


Réagissez à cette nouvelle

A propos de l'auteur

Commentez cette nouvelle

Palabrenews utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités des réseaux sociaux.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies dans les conditions prévues par notre politique de confidentialité