Sélectionner une page

G7 de Biarritz : Emmanuel Macron appelle à redéfinir “le périmètre de sécurité” du G5 Sahel

G7 de Biarritz : Emmanuel Macron appelle à redéfinir “le périmètre de sécurité” du G5 Sahel
Réagissez à cette nouvelle

À l’issue d’une réunion du G7 consacrée à l’Afrique, les présidents burkinabè Kaboré et français Emmanuel Macron ainsi que la chancelière allemande Merkel ont tenu une conférence de presse sur la région du Sahel.

Emmanuel Macron et Angela Merkel ont annoncé un nouvel plus important au G5 Sahel en vue de faire face à ” l’extension de la menace terroriste au Sahel”. Ils ont plaidé pour un nouveau partenariat “élargi” aux pays voisins de la région. Ils ont souligné l’importance d’un bon armement et d’une bonne formation des militaires et policiers de la région et une vraie aide aux pays voisins, parfois touchés par l’instabilité au Sahel. Emmanuel Macron a appelé à une redéfinition du “périmètre de sécurité” , souhaitant y associer les pays du Golfe de Guinée, notamment le Sénégal, la Côte d’Ivoire et le Ghana, en tenant compte de l’évolution terroriste.

Les pays susceptibles d’être concernés sont les membres de la Cédéao. Cette nouvelle nomenclature sécuritaire va être décidée lors d’une rencontre franco-allemande avant la fin de l’année. Un prochain sommet de la Cédéao se tiendra à la mi-septembre à Ouagadougou. Il déterminera le cadre la création d’une large coalition militaire qui devrait englober les Etats du G5 et quelques pays voisins. Le président ivoirien, Alassane Ouatarra, a déjà plaidé pour “une synergie” entre G5 Sahel, Cédéao et Afrique centrale, évoquant même la participation du Cameroun. 

De son côté, le président Kaboré du Burkina Faso, invité au G7, a rappelé l’importance de trouver une solution politique à la crise libyenne, indissociable de l’insécurité au Sahel. Angela Merkel est opposée à toute augmentation des effectifs militaires. Deux cents militaires allemands soutiennent déjà la Minusma, ce qui semble suffisant à Berlin.
Paris et Berlin veulent convaincre d’autres bailleurs de fonds à s’engager en faveur de ce nouveau partenariat pour le Sahel, “trop vague aux yeux des ONG”, et déçues par la non prise en compte du thème principal du sommet de Biarritz, à savoir la lutter contre les inégalités. 

De Notre envoyé spécial Nono 


Réagissez à cette nouvelle

A propos de l'auteur

Commentez cette nouvelle

Palabrenews utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités des réseaux sociaux.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies dans les conditions prévues par notre politique de confidentialité