Sélectionner une page

Incidence au TPI de Bonanjo: le barreau exige des sanctions

Incidence au TPI de Bonanjo: le barreau exige des sanctions
Réagissez à cette nouvelle

Trois jours après l’incidence survenue au tribunal de première instance de Douala-Bonanjo ce 10 novembre, le conseil de l’ordre des avocats s’est réuni au cours d’une session extraordinaire en son siège à Yaoundé en vue d’examiner le rapport dressé par la représentante du Bâtonnier pour la région du Littoral et d’en tirer les conséquences.

A l’origine de l’escalade de violence survénue au TPI, l’ordre des avocats semble pointer du doigt la responsabilité des éléments de force de maintien de l’ordre. “Une escouade des éléments du Groupement Mobile d’Intervention (GMI) lourdement armés et des gendarmes ont fait une irruption intempestive dans la salle d’audience où se trouvaient encore des Avocats en robes et ont entrepris de brutaliser ces derniers à grand renfort de matraques et bombes lacrymogènes, entraînant des blessures diverses diverses sur plusieurs d’entre eux au motif plus tard entendu que ces Avocats se seraient opposés au retour à la prison de New-Bell des prévenus , eux-mêmes Avocats au Barreau du Cameroun, poursuivis pour des faits présumés de complicité d’outrage à magistrat et escroquerie” explique le rapport.

Statutant sur la question, les douze membres présents lors de la session ont estimé que ces événements constituent une atteinte grave à “l’image, l’honorabilité et la sacralité de l’institution judiciaire” ainsi qu’à “l’intégrité de la profession d’Avocat”. Par conséquent, le barreau a, avec force condamné, ce qu’il a qualifié “d’intrusion inadmissible et intolérable des forces de police en tenue de combat dans le sanctuaire que représente une salle d’audience dans un palais de justice”. Dans la même veine, il s’est insurgé contre “les violences et traitements inhumains et dégradants perpétrés sur les avocats” présents dans la dite salle. Il exige de ce fait, des “sanctions exemplaires contre les auteurs intellectuels et opérationnels identifiés ces actes barbares”.

Le conseil de l’ordre a également instruis l’ouverture d’une enquête déontologique contre leurs confrères poursuivis. Cette enquête a été placé sous la diligence d’un Conseiller Rapporteur sur les faits objets des poursuites en cours contre ces avocats. Une mission qui devra se faire dans le strict respect des principes du contradictoire et de la présomption d’innocence.


Réagissez à cette nouvelle

A propos de l'auteur

Commentez cette nouvelle

Palabrenews utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités des réseaux sociaux.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies dans les conditions prévues par notre politique de confidentialité