Sélectionner une page

Le Covid-19 a déjà tué plus de 300.000 personnes dans le monde

Le Covid-19 a déjà tué plus de 300.000 personnes dans le monde
Réagissez à cette nouvelle

A partir de lundi prochain, Rome va accélérer son déconfinement en autorisant l’ouverture de certains magasins. La Lituanie, la Lettonie et l’Estonie ont, de leur côté, rouvert leurs frontières communes.

La pandémie due au coronavirus a fait au moins 302 489 morts dans le monde, dont plus de 80 % en Europe et aux Etats-Unis, depuis son apparition en décembre en Chine, selon un bilan établi par l’Agence France-Presse (AFP) à partir de sources officielles vendredi 15 mai à 13 heures (heure de Paris).

Plus de 4,4 millions de cas d’infection ont été officiellement diagnostiqués dans 196 pays et territoires depuis le début de l’épidémie. Les Etats-Unis sont le pays ayant enregistré le plus de morts (85 906), devant le Royaume-Uni (33 614), l’Italie (31 368), l’Espagne (27 459 morts) et la France (27 425 morts).

  • Déconfinement, ouverture de frontières…

La capitale italienne, Rome, a décidé d’accélérer un peu le déconfinement en permettant la réouverture, à partir de lundi prochain, de certains magasins, comme les coiffeurs ou les centres de beauté, initialement prévue pour le 1er juin.

La Lituanie, la Lettonie et l’Estonie ont, de leur côté, rouvert leurs frontières communes. Citoyens et résidents des trois Etats baltes sont désormais libres de se déplacer au sein de la région. Cependant, toute personne arrivant de l’extérieur sera contrainte de se placer en isolement pendant quatorze jours.

L’Allemagne pour sa part s’apprête à relancer ce week-end son championnat de foot, mais dans des stades vides et suivant un cahier des charges sanitaire draconien. L’entraîneur d’Augsbourg, Heiko Herrlich, l’a appris à ses dépens : il sera privé de match samedi pour être sorti acheter du dentifrice en violation des règles de quarantaine de son équipe.

De son côté, le Japon a levé l’état d’urgence dans la majorité de ses régions, le maintenant dans les grandes agglomérations, comme Tokyo et Osaka.

Au Bangladesh, la découverte d’un premier cas dans un des immenses camps de réfugiés rohingya fait craindre un « scénario cauchemar », selon les termes d’un collaborateur de l’ONG Refugees International, Daniel Sullivan.

Au Brésil, le président Jair Bolsonaro, fermement opposé au confinement alors que l’épidémie s’accélère dans le pays, a demandé aux entrepreneurs de « frapper fort » contre le gouverneur de l’Etat de Sao Paulo, Joao Doria. Ce dernier prône, lui, le confinement dans son Etat, locomotive économique du pays.

Les écoles primaires vont rester fermées jusqu’en septembre dans le Grand Montréal, épicentre de l’épidémie au Québec. Le premier ministre québecois, François Legault, a justifié cette décision par une trop faible diminution du nombre d’hospitalisations et l’absence de « baisse significative » des décès, alors que la province a annoncé plus de 130 morts en une journée.

  • Une épidémie « domptée » en Slovénie

C’est une première au sein de l’Union européenne. Après que les autorités ont confirmé moins de sept nouveaux cas quotidiens de contamination au cours des deux dernières semaines, le gouvernement slovène a annoncé jeudi soir la fin de l’épidémie dans le pays — qui a dénombré 103 décès.

Les voyageurs arrivant en Slovénie en provenance d’autres pays membres du bloc communautaire n’auront plus besoin de rester en isolement pendant une période d’au moins sept jours, comme c’était le cas depuis le début d’avril, a fait savoir le gouvernement dans un communiqué.

  • Envolée du nombre de cas en Russie

Vendredi, la Russie a recensé plus de 10 000 nouveaux cas en vingt-quatre heures. Avec plus de 260 000 cas, c’est le deuxième pays qui compte le plus de personnes infectées. Depuis le 3 mai, la Russie a enregistré chaque jour plus de 10 000 cas supplémentaires, à l’exception de jeudi (9 974 cas identifiés).

La mortalité en Russie reste basse comparée à d’autres pays, avec 2 418 victimes officiellement recensées. Les autorités affirment que l’envolée du nombre de cas en mai s’explique par la multiplication des tests effectués – 6,4 millions selon le comptage de jeudi – et non par une accélération de la propagation.

  • Une économie déboussolée en Californie

La Californie, cinquième économie mondiale à elle seule, prévoit cette année un déficit de 54 milliards de dollars à cause de l’impact économique de la pandémie et va devoir procéder à des coupes claires pour compenser ces pertes, a déploré jeudi le gouverneur démocrate de l’Etat. La pandémie va coûter 203 milliards de dollars (187,8 milliards d’euros) au secteur de l’assurance en 2020.

Pour relancer l’économie, les démocrates américains soumettront vendredi au vote de la Chambre des représentants un plan d’aide historique de 3 000 milliards de dollars (2 776,5 milliards d’euros), un texte déclaré « mort-né » par Donald Trump et les républicains du Sénat.

  • Les économies européennes en chute libre

L’Allemagne a subi un recul de 2,2 % de son produit intérieur brut (PIB) au premier trimestre, entrant officiellement en récession, a annoncé vendredi Destatis, l’office fédéral des statistiques. L’économie allemande connaît son « pire résultat depuis la crise économique » de 2008-2009, et « son deuxième plus mauvais depuis la réunification » en 1990, fait savoir l’institut.

Le PIB des Pays-Bas a quant à lui chuté de 1,7 % au premier trimestre 2020 par rapport au trimestre précédent, selon une première estimation de l’Office central des statistiques (CBS) publiée vendredi. Cette baisse, la plus importante depuis 2009, intervient après vingt-trois trimestres consécutifs de croissance, a précisé l’Office dans un communiqué.

Le PIB du Portugal a chuté au premier trimestre 2020 de 3,9 % par rapport aux trois derniers mois de 2019, selon une estimation provisoire publiée vendredi par l’Institut national des statistiques (Ine).

Source: lemonde.fr


Réagissez à cette nouvelle

A propos de l'auteur

Commentez cette nouvelle

Palabrenews utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités des réseaux sociaux.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies dans les conditions prévues par notre politique de confidentialité