Sélectionner une page

Tshisekedi défend les droits des salariés congolais

Tshisekedi défend les droits des salariés congolais
Réagissez à cette nouvelle

Le Président de la République du Congo, Etienne Tshisekedi n’est pas passer par quatre chemins pour demander à l’entreprise chinoise China Railway Engineering Corporation (CREC), en charge de la construction des “sauts-de-mouton” (des ponts routiers ou des échangeurs), l’augmentation des salaires des congolais embauchés dans ses différents chantiers.

Lors d’une visite dans l’un des chantiers de la CREC dans la capitale Kinshasa, Tshisekedi a estimé peu la rémunération journalière de 5 dollars remise aux employés de ce chantier. Une somme qu’il trouve inadéquate au volume de travail de ses employés. Il a exigé l’amélioration des conditions de travail et de vie de ces derniers car estime-t-il l’entreprise chinoise recevra de “l’argent congolais” par conséquent “les congolais qui travaillent dans les chantiers doivent aussi en bénéficier”.

Après avoir écouté un porte parole “improvisé” des travailleurs congolais, le Chef de l’Etat a prescrit le paiement constant et régulier de leur salaire. ” Ils doivent être payé à leur juste valeur” ajoutait-il. De quoi réjouir les travailleurs des différents chantiers qui se plaignaient de leur condition de travail et même de la rémunération qu’ils perçoivent.

Tshisekedi ne s’est pas arrêté là, il a promis de “revenir à la fin du mois” pour s’assurer que “tout a été respecté”. Les responsables de la CREC ont plutôt intérêt à revaloriser le traitement qu’ils infligent à leur personnel congolais au cas contraire, ils s’attireront la foudre du Chef de l’Etat.


Réagissez à cette nouvelle

A propos de l'auteur

Commentez cette nouvelle

Palabrenews utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités des réseaux sociaux.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies dans les conditions prévues par notre politique de confidentialité